Pour l'amour de la plume…

Ils et elles sont entrer...

...et les mots souffler de par le vent sont venus ici se reposer avant de repartir se poser ca et là au-delà des frontières...des monts et des marées.... (Sorcière)

Nouveau

Voici un article paru dans le journal « Le trait d’Union  » traitant du roman de Kleaude que nous avons tous ici plaisir a lire…et parlant de l’auteur que j’admire sans borne.
Bonne lecture…!
• Le Trait d’Union
• Baptiste Zapirain
• baptiste.zapirain@tc.tc
Un Barjot dans Lanaudière
ZoomImprimerÉcouterTraduire
Le dernier roman de Claude Lemay a pour toile de fond notre régionC’est toute une époque. Pour son troisième roman, « La Barjot – L’arrivée à SaintRédempteur », Claude Lemay situe son intrigue dans Lanaudière de son enfance. Un choix de coeur pour l’auteur, qui a passé ses jeunes vacances du côté de Crabtree. « Mes grands-parents y tenaient la ferme familiale », de parenté dans Repentigny, et j’aime toujours aller dans la région de Joliette. Les gens y sont très accueillants et très solidaires, surtout dans le milieu des fermes. Quand le tracteur est brisé, tout le monde s’entraide », observe-t-il. Le décor est planté.
Toutefois, la région n’est pas là uniquement pour la nostalgie. L’histoire imaginée par Claude Lemay l’a naturellement conduit dans le Québec agricole, celui qu’il connait bien. « Je voulais retrouver cette culture du tabac. Il y avait une vraie expertise », explique-t-il. Cette terre, les activités qui l’accompagnent et le mode de vie local nourrissent ses personnages, complexes, hantés par les habitudes et l’héritage psychologique de leur famille. Volontiers sociologue, Claude Lemay se passionne pour cet aspect de la nature humaine, qu’il aborde dans sa littérature. « Le pire des tueurs aime quand même sa famille, a des amis. Comment un enfant fait-il pour vivre avec un tel héritage de ses parents? »
Ce troisième roman de Claude Lemay est le premier tome d’une trilogie. « Les deux autres sont déjà écrits. L’histoire continuera de se dérouler dans Lanaudière, mais le deuxième tome ira plus au nord, vers Chertsey ».

Vous pouvez vous procurez le roman a cette adresse…

http://manuscritdepot.com/a.claude-lemay.3.htm

Blog en pause .

Blog en pause pour un temps indéterminé…mais vous pouvez me lire sur “Juste une plume”

Plume(2)

http://justeuneplume.wordpress.com/

Au plaisir de vous y retrouver…

Sorcière

La Verrière (Partie 5)

 

 

« Sur des parcelles de verre éclatées….leurs coeurs se sont brisés… »

 

La Verrière (ou l’Ermite)

(Partie 5)

 

 

 

 

Pete attendait dans la verrière en faisant l’inventaire des matériaux reçu la veille …il attendait fébrile que la famille s’anime dans la maison  pour commencer a travailler sans craindre de réveillé tout le monde…

Depuis le début du projet…il n’avait que ca en tète…si ce n’était que de lui…il y travaillerait jour et nuit….

La démolition était terminer..maintenant ce qui le passionnait l’attendait…la reconstruction….

Le plans qu’il avait ébauché avec Mme.Solange l’enthousiasmait…

Ce matin…c’était le coup d’envoi…

Dans la maison…Solange c’était comme a tout les matin levée tôt…

Avant que la petite Marie ne descende…son petit déjeuner l’attendait sur la table…..

Tant qu’ a André ..pas la peine…il attraperait le journal et un café en vitesse sans même s’assoir…sans même jetée un oeil a Solange pas plus qu’a sa progéniture…

Ni l’une ..ni l’autre ne s’en formalisera….

Solange respirera mieux des qu’elle ne respirera plus le même air que lui….

Une fois la maison redevenu calme…Solange fera la vaisselle …rangera tout…et fera une carafe de café frais…nouvelle habitude prise depuis l’arriver de Pete…

Ce matin elle n’aura même pas pris le temps de monter son chignon austère..laissant flotter librement sa chevelure brune sur ses épaules….

Elle entassera près de la carafe …tasses…crémier.. et sucrier sur son cabaret …elle longera le petit chemin de pierre perchée sur ses escarpins….
et portera le café a Pete qui l’accueillera d’un simple sourire…

Il n’était pas plus bavard qu’au premier jour…Solange l’appréciait…une étrange complicité les unissait….
ils avaient envie l’un comme l’autre de voir renaitre l’endroit sans qu’aucun ne sache trop pourquoi…

Ca sentait bon  le bois et la poussière…

 

Pete expliqua brièvement a Solange les plans de la journée…

Puis Solange le  laissa  se remettre a ses travaux….

Apres avoir récupéré les lettres et la photo….Elle alla discrètement se réfugier dans un rayons de soleil…

Elle hésitait a lire….pas par pudeur…c’était plus comme l’étrange pressentiment qu’elle devrait quitter un instant sa zone confortable d’indifférence….

Mais elle voulais découvrir le contenue de ses lettres trop soigneusement cachés pour être banal…

Elle déplia soigneusement le papier plus qu’ordinaire…et se mit a lire…

Première lettre…..

 

Février 1959

 

Je sais que je t’ai fait du mal…mais je ne suis pas en train de te demander pardon…des regrets…ca oui j’en ai…
…je n’ai que des regrets …une suite infini de regrets…

Peu tu comprendre ?

La douleur était trop intense…il me fallait te la cracher au visage….

As-t’on le droit de déchiré quelqu’un de cette manière…Tu m’as mis en miette…moi qui avait toutes les forces de la terre avant toi…

Tu m’a traité avec tellement de condescendance…après tant d’amour…le choc avait été trop violent…violent est le terme le plus exact que j’ai trouver…….

Les choses que j’ai dites…n’était que trop de douleur….

Je ne sait pas si tu liras jamais ces lettres..je n’ai pas essayer de savoir ou tu était rendue…

Pour moi naturellement…cette lettre  devait se retrouver près de la verrière…chez toi…peut-être qu’on te les fera suivre…

Les liras -tu ? Peu m’importe maintenant…moi j’aurai exorciser….

J’ai pas encore fait la paix avec nous…pourtant il le faudrait pour essayer de reprendre posséssion de ma vie ….

Le deuil a déjà été trop long…trop cruel…

T’es sans doute heureuse la-bas…et lui…? ….

j’ai jamais compris tes choix..pas plus maintenant que je te hait plus que je t’aime…

Mais maintenant…ca m’aide a te détester…………………………….

Je ne sais pas pourquoi je t’ai laisser partir…

Depuis….je ne vit plus…

Il me faut entendre ta musique….

Pourquoi as-t’il fallut que je l’entende….? si c’était pour en être privé ensuite…

Tout ce que je peu faire c’est me la rejouer dans ma tête…..et elle passe et repasse continuellement en boucle….comme un cauchemar…

Parfois…elle m’est douceur et vital…

parfois elle me pourris l’existence……

Mais toujours elle est  ponctuer de tes soupirs…

parfois elle a tout les airs d’un film noir trop sombre..

Parfois elle porte toutes les couleurs nécessaire a la vie…

Mais….l’un comme l’autre m’est fatal…

Je sais que je revivrai sans cesse touts tes états …sincèrement je voudrais ne t’avoir jamais fait l’amour…..

Tomber en amour avec toi…c’était un peu comme jouer a la roulette russe…

La tête me tourne un peu..y as que dans l’ivresse que j’ai trouver un peu d’anesthésiant…..dans un brouillard de rhum …la vie me semble plus supportable…

Parfois dans l’incohérence…je nous retrouve…

Et dans mon brouillard je sort mes pinceaux…toutes mes toiles portes ton visage….ce sont les plus belles que j’ai jamais peinte….

Ton visage ……………………………jamais il ne me laisse…c’est comme une malédiction ….

Je fait aussi les fleurs de la verrière….

mais elles ont perdu leurs couleurs..je les dessine au fusain…tu aimerais…toi qui n’aimais que le noir et le blanc…

Ca fait 6 mois que t’es partie et je te cherche encore…

J’ai eu beau respirer d’autre parfum….mélanger au tiens…ca me donne des hauts le coeur…

Je sais pas si je t’écrirai encore…J’espère que je n’en ressentirai pas le besoin…

Je souhaite que tu quitte a tout jamais mes pensées….exactement comme tu as quittée ma vie…ne laissant aucune trace….

 

Simon

 

Solange le coeur gros de ce qu’elle avait lu replia soigneusement la lettre….

Les mots de ce Simon avaient incompréhensiblement laisser en elle un peu de tristesse …mais aussi…un étrange espoir….comme si on venait de lui dire…
Que la vie pouvait gouter autre chose que l’indifférence…..

Ce Simon avait aimer….

Elle s’alluma une cigarette et regarda la photo…les yeux de l’homme étaient si contradictoire avec la lourdeur des mots qu’elle venait de lire…

Solange ressentis un mélange de peur et d’envie….

Sentiments qu’elle refoula profondément en elle…Solange n’aimait pas ressentir….

Elle remis les lettres et la photo a leurs place …et repris le cabaret et son contenue…
ses yeux se posère sur Pete qui montait déja la charpente…elle le salua et repris le petit chemin de pierre vers cette maison donc elle ne connaissait rien…..

 

 


 

Sorcière

La Verrière (partie 4)

 

 

« Sur des parcelles de verre éclatées….leurs coeurs se sont brisés… »

 

La Verrière (ou l’Ermite)

(Partie 4)

Yolande n’avait plus rien entendue venant de la verrière depuis une bonne heure au moins,,,,,

André n’en finissait plus de retourner ses appels….son rire affecté et superficiel en venait a  tomber sur les nerfs de Yolande….

Elle n’avait qu’une envie…retourner dans la verrière…

Mais ce sentiment l’agaçait au plus au point…elle préférait ne s’attaché a rien…

Elle préférait feindre ne pas s’en pré-occupé…

Le détachement et l’indifférence….C’était plus facile a vivre…

S’attacher ne causait que des souffrances qu’elle jugeait inutile…

mais plus encore…sa fragilité lui faisait peur…

elle ne savait plus ce qui la retiendrait si jamais….(elle n’osait même pas nommer cet insoutenable malaise qui l’habitait…)

même a elle cet sombre envie semblait trop noir..elle essayait de la repousser au fond d’elle même .

elle avait trop souvent l’impression de ne tenir qu’a un mince fil…

et elle culpabilisait quand elle se mettait a penser a sa fille….

Mais c’était trop tard…depuis longtemps…pour Yolande..la vie était un jeu trop stupide et trop long…c’était blasant et barbant…

mais en de rares instant… elle sentait cette petite voix enfouie tres profondément en elle qui lui disait que le destin…..

C’était suffisant pour elle…chercher plus aurait nourrit des attentes inutiles…

Après un moment de silence…..André monta enfin  dormir sans un mot….comme tout les soirs …

Yolande de son chic et inconfortable salon attendait le signal  de l’imposant escalier de bois vernis qui craquait sous les pas de son époux… …

Et comme tout les soirs….

Après avoir dénouée sa coiffure et allumée une cigarette…

Yolande  se versa un verre ….prête a trinqué avec sa désirée solitude…

Mais ce soir elle avait du mal a tenir en place…

Même après avoir mis son 33 tours préféré…sa tête allait irrésistiblement vers la verrière et le contenu du vieux banc de quêteux….

Sans réfléchir elle se retrouva dans la cuisine a chercher une lampe de poche qu’elle trouva vite dans son ordre parfait…

Elle poussa la porte-moustiquaire son verre et sa cigarette dans une main…

dans l’autre elle tenait   la lampe qui dessinait sur le petit chemin de pierre… un étroit  passage éclairer dans la nuit noir….

Le crissement de ses escarpin sur les pierres étaient accompagné du simple chant des criquets …tout le reste n’était qu’un opaque silence…

Dans la maison …mis a part le silence,,,on pouvait entendre le tourne-disque grinché interminablement  parce le disque terminer…

Yolande avançait sur le petit chemin et  fut vite a la verrière…elle éclaira les lieux du faisceau de lumière blanche…

l’endroit était si différent sous cette lumière qui créait tant d’ombre qui aurait pu être inquiétante…

Elle marcha doucement vers le vieux banc….par terre..plus de verre cassé…

Pete avait tout nettoyer mettant bien a jour un vieux plancher de larges planche grise du temps passer…

Elle s’accroupit  près  du vieux banc et en souleva l’assise…et en sortit quelques enveloppe….3 au fait et une photo… le tout  nouée d’une simple ficelle blanche…

elle ne se sentait aucunement indiscrète….mais remplie de curiosité….

Elle regarda la photo..une femme blonde…très belle…malgré le chignon sévère…elle fait un peu plus âgée que le jeune homme a coté d’elle ……
ils ont l’air heureux dans le sourire….

un couple..? Yolande n’en est pas certaine…il est trop vieux pour être son fils…trop jeune pour être son mari….

Elle retourna la photo…et pu y lireIrène Desruisseau et Simon Dutil… « Mai 1958″….

6 ans c’était écoulées depuis la photo..

Quel rapport avec la verrière ? Des gens d’ici surement …on devait les connaitre dans le village…Ils habitaient sans doute cette maison..

Mais pourquoi les lettres étaient-elles rester dans la verrière ?

Solange constata qu’elle ne savait rien de la maison qu’elle habitait…son histoire lui était complétement étrangère…

Elle essaya bien de reconnaitre des éléments sur la photo…rien qu’un champs a perte de vue…

Elle  déplia avec soin première la lettre et alluma une cigarette…..

L’écriture était masculine …Yolande en était presque certaine…

Elle essaya de déchiffrer les premier mots…mais un bruit venant de la maison l’attira…

Une pensée pour Marie qui c’était peut-être réveillée l’empêcha de poursuivre..

Elle remis les lettres et la photo délicatement dans le coffre et repris le petit chemin de terre conduisant a la maison ..
s’éclairant du blanc faisceau lumineux de sa lampe de poche…la tête a des lieux d’ici… bien ailleurs que sur son petit sentier…..enfin…en d’autre temps …

Elle éteignit sa cigarette du bout du pied…grimpa sur la galerie… et tira la porte moustiquaire qui grinça plus fort que Yolande l’aurait voulu…

Sorcière

 

 

Smile for me….

 

 

 

Aujourd’hui ….

Penser a accorder votre sourire a quelqu’un….

Ca peu tellement faire la différence…..c’est comme le soleil dans un jour triste…

Sorcière

La Verrière (partie 3)

 


 

Yolande ouvrit la porte…et s’appuya contre le cadre de la porte…

Elle ne disait pas un mot et dévisageait l’homme devant elle qui en viens a balbutier un timide .. »Euh..Bonjour Madame…je suis l’homme de main engagé par votre mari.. »

Yolande le dévisageait toujours … elle ramassa ses idées …elle n’avait franchement aucune disposition pour le social…
elle finit tout de même par lui dire sans aucun effort de politesse…

« suivez moi..je vous montre les travaux a faire…vous savez les travaux risque d’être long….
j’ai des idées très précises de ce que je veut pour cette verrière « 

L’homme sourit presque impatient……

« Bin montrer moi…on verra bien……je peu vous faire un château si vous le voulez…ou une niche a chien si vous aimez mieux.. »

Elle lui jeta a peine un regard…..ne réagissant presque pas a sa remarque …

Et elle finit par dire…

« On verra bien…

Yolande ne savait trop quoi penser de cette homme…un petit quelque chose transpirait de lui  …
Yolande se surpris a être déjà bien en sa présence…
ca lui arrivait rarement

Il parlait peu…observait beaucoup….

C’était parfait pour Yolande qui ne perdait pas de vue que cet homme trainerait dans son jardin des journées entière et ce pendant des semaines…

Yolande avait peur qu’on viennent briser sa précieuse solitude….elle ne sentait en rien l’envie de se montrer courtoise et encore moins bavarde…

et vrai que malgré ses cheveux blanc et les rides qui creusait son visage…l,homme avait encore de solide épaules…

Ils entrèrent dans ce qui subsistait de la verrière….

Il planait un silence pas même inconfortable tant l’un comme l’autre avait apprivoisé l’absence de mots….c’était même quelque part réconfortant…

L’homme errait dans la verrière armé uniquement de son marteau vérifiant la solidité des vieilles poutres…cognant sur les murs ou le plancher…
et arrachant ici et la de vieux morceaux de verres encore accrochés…
Il regardait tout méticuleusement..du plancher de vieux bois jonchés de verre brisé…
jusqu’au plafond qui faisait entrer un soleil vif qui faisait étinceller ces mêmes morceaux de verre…

Yolande …appuyer sur le chambranle de la porte avait allumée une autre de ses cigarettes…elle l’observait sans dire un mot…

L’homme reviens vers elle après de longues minutes et il plongea directement dans le regard sombre de Yolande…
un regard qui faisait mentir la froideur affecté qu’elle aimait démontrée…

L’homme semblait soudainement avoir pris vie…C’est comme si il venait tout a coup de gagner toute l’assurence du monde..ses yeux c’était mis a pétillé…
ce qui plu a Yolande sans qu’en n’en laisse rien paraitre…évidemment…

Madame….j’adorerait ce projet…si vous le voulez..je serai ici demain matin a la première heure pour débuté la démolition..avant de reconstruire sur des bases solides…
Bien sur..je conserverait le plus possible …pour conserver le cachet je veut dire…si vous le voulez ..bien sur…

Elle se retourna…ses escarpins firent grincé le verre brisé…

et alors qu’ils se dirigeait vers la maison elle lui dit simplement…

Bon…Arriver tôt Monsieur ??Monsieur comment au juste….?

Appelez moi simplement Pete comme les gens du coin…

Elle lui fit signe de la tête…et il est parti….

Le lendemain a la première clarté on pouvait l’entendre travailler dans la verrière…

Yolande comme a tout les matin avait mis soin a se préparer pour aller s’assoir dans la cour arrière avec ses cigarettes et ses verres fumée…

Mais ce matin..le vague a l’âme était moins intense…la curiosité prenait le dessus…

La matinée était déjà chaude…Au bout de deux heures elle ne tenait plus…et s’évertua  donc a trouver un prétexte et elle alla porter une bouteille d’eau bien fraiche a Pete qui remercia poliment et se remit au travail…

Yolande pu voir qu’il avançait très vite…déjà l’espace étaient plus grand n’étant plus jonché de tout les débris…

On voyait de plus en plus l’architecture de la verrière qui était vraiment magnifique….

Elle fut attiré par un vieux banc a moitié arraché…

Le dessus pouvait s’ouvrir..un vieux banc de quêteux comme disait sa mère….

Elle souleva le couvercle et y découvrit des outils de jardinage  et une  boite a biscuits de fer blanc …

Pas très vieille contrairement a ces attentes…..on en retrouvait encore sur le marcher pendant la période des fêtes…

Elle la pris dans ses mains..essayant de retirer le couvercle …qui après avoir un peu résister céda enfin….

Elle aima ce qu’elle y découvrit….

Elle fixait le contenu avec une lueur d’excitation dans les yeux….
Mais elle décida de garder ce trésor pour elle…

Elle redéposa la boite dans le banc de quêteux….

Et elle dit a Pete…

‘Ce sera merveilleux ici…vous faites déjà un beau travail….

Pete resta un peu surpris ne s’attendait pas du tout a ce genre de commentaire de sa part …

Elle rajouta simplement….Ne touchez pas au banc la-bas…laissez le tel qu’il est pour le moment du moins…..

Et elle s’en retourna vers la maison perché sur ses escarpins noirs….on l’aurait dit déjà plus légère…

Sorcière

 

 

La verrière ..(ou l’ermite) Partie 2

 

Nouvelle musique …;-)

 

La verrière (ou l’ermite..)

Partie 2

Les semaines s’écoulaient longues comme l’ennuie pour Yolande….
Ce n’était pas une surprise pour elle…depuis son marriage…un ennui morrbide l’habitait…

Jamais elle n’avait aimer André…ce n’était un secret pour personne…même pour André…mais pour son père…il était le candidat idéal pour sa fille chérie…
et qui aurait oser contredire ce père si parfait en tout…?

André lui était fou amoureux de la belle du quartier….tous aurait rêver de marier la belle Yolende……

Les cloches de l’église ont donc fait vibrer tout le beau quartier de la ville  pour célébrer cette union qui finallement…allait tuer toute la vitalité de Yolende…

Elle avait pourtant rêver du grand amour Yolende….

Depuis leurs installation au village…André jubilait…Il avait réussi a mettre tout le gratin du village a ces pieds….
son ambition démesuré en était satifaite…simplement satisfaite…car pour André…rien n’était jamais parfait..

La petite Marie s’intégrait bien…trop bien…ca laissait trop de temps a sa mère pour sombrer dans son ennuie profond…

Chaque matin pour Yolende se ressemblaient…un mouvement perpetuel sans couleurs…juste le morne…

Apres le départ de Marie…

Elle s’intallait sur le balcon arrière …histoire d’éviter toutes conversations et commérages du voisinage auquel elle n’arrivait pas a s’interesser…
Yolende avait pourtant pris soin de mettre du rouge a ses lèvres …et d’avoir soignée sa tenue… elle se perdait dans ses pensées…
grillant évidemment ….cigarette sur cigarette….

et si les pensées étaient trop sombre…un verre de wisky venait atténuer le tout……
et les vapeur d’alcool se mélangaient a ses  ronds de fumée…

Le regard toujours sombre…elle attendait que la vie passe …se demandant bien le pourquoi de toute cette comédie de maucais gout…..

Dans les bons jours…elle se plaisait a imaginer sa vie sans André…

c’était comme si quelques chose en elle avait refuser de mourrir…et essayait malgré tout de refaire surface…

Mais ce jour la était pire que tant d’autres…..le grand trou vide avait pris tout l’espace en elle….le soleil qui brillait en devenait une insulte pour le sombre de ces idées….

Elle fixait le vieille verrière sans même une penser …..

ces journée de vide était pire que tout pour elle…chaque seconde longue comme une éternité…
elle en ragait contre la vie qui coulait en elle…

Elle posa son verre avec une impatience a peine controler… et elle alluma une autre cigarette…puis décida d’aller voir de plus pres cette verrière…

Elle marcha sur le petit chemin de pierre envahit par les herbes …vascillant un peu sur ses hauts talons…

Puis elle entra dans la verrière qui n’avait plus de porte….

ses escarpin noir faisait gémir les débrits de vitre et de vieux bois secs sous ses pieds..

Elle s’adossa a la charpente qui devait autrefois recevoir la porte et elle promena son regard sur l’endroit…

Puis au bout d’un long moment …elle jeta sa cigarette dans les débris de verre brisés et l’écrasa du bout du pied …

puis elle s’en retourna sans même prendre conscience de cette envie qui venait de naitre en elle…

C’est en soupant le soir venu qu’elle  se surpris de s’entendre demander a André l’aide d’un ouvrier pour refaire la verrière du jardin….

André ne traina pas…apres tout..ce serait un bel endroit pour recevoir et impressionné tout le village…
 

Il donna donc carte blanche a Yolende la sachant capable d’en faire le plus bel endroit du village…

Et il s’informa au village pour trouver un homme de main qui serait digne de sa confience…

On lui en trouva un….

Et dès le lendemain matin…. »l’homme » sonna a la porte du notaire du village pour offrir ses services a Yolende…

Sorcière

La verrière…(ou…L’ermite.)

 

J’ai fait l’essaie d’un petit vidéo personnalisé…;-)Mon premier…;-)Les images que vous y voyez auront un  rapport avec le texte…

« Sur des parcelles de verre éclatés….leurs coeurs se sont brisés… »

Sorcière

La verrière..(ou l’ermite)

(Partie 1 )

12 Juillet 1963….

La voiture a ralentis sa course en entrant dans le village…
On pouvait entendre les pneus de la lourde voiture crissé sur les cailloux du chemin de terre…

Le soleil illuminait le clocher de l’église démesurée pour un si petit village….

Yolande avait remonter ses cheveux dans un chignon tout ce qu’il y as de plus correct….
Ca rendait son cou encore plus fin…sensuel malgré elle..
Mais elle n’avait pas rennoncer a sa blouse de cotonnade un peu décolletée…
Pas qu’elle le sois trop…mais pour André…tout sur elle devenait de l’excès….

Elle avait ceintré sa taille d’une large ceinture noir..et sa silouette fine se moulait dans une jupe droite beige tout ce qu’il y as de plus classique…
Mais Yolande avait une beauté presque insolente sans qu’elle n’y fasse rien….

Ca avait le don de le mettre hors de lui…il n’appréciait pas le regards des autres sur elle….il se plaisait a lui répété que c’est parce qu’elle faisait vulgaire…

Ils avaient fait la longue route sans se jeter un regard…sans échanger un seul mot…et Marie leurs petites fille blonde assise bien droite sur la baquette arrire en avait fait autant…
fixant le paysage si différent de sa grande ville….

Yolande grillait cigarette sur cigarette…expirant de long ruban de fumer par la fenêtre ouverte de la voiture …

Elle n’utilisait pas maquillage..juste un peu de rouge sur sa mince bouche qui n’avait pas sourit depuis trop longtemps..
et ses yeux était naturellement maquillé d’un voile d’ennuie et de mélancolie…

André portait son éternel costume gris…proffession obligeait…

Notaire de proffession…et prenait son titre tres au sérieux…et pour ca…il voulait sa famille exemplaire…

En ce petit village….il se devait d’être un exemple pour tous….il était des « notable »…faisait parti des « haut placé »
et il ne voulait surtout pas  manquer de faire bonne impression sur le maire  du petit village….

Il arreta la voiture sans couper le contact et regardait la maison qui se dressait a sa droite….ce sera leurs nouveau foyer…


Il ne pu s’empêcher de la comparer aux autres maison qui l’entourait…et il sourit…tout était parfait…c’est celle qui assurément avait le plus de prestence…

Il coupa le contact et vit arriver un homme en costume noir avec a son bras son épouse qui portait sur une silouette épaissit par les années..une robe a fleur au col montant et de petits souliers plats…elle était tout ce qu’il y a de plus « correct »…..et dans ses mains…
une boite de carton  joliment décoré….

André afficha d’instinct son plus beau sourire….il était bien de sa personne….et il murmura a Yolande…
« Essaie de pas tout gacher…tache de bien te tenir et aie l’air heureuse…sourit bon sens…!!! »

…et sur ces mots il s’extirpa de la voiture….

Yolende sortit de la voiture et invita Marie a la suivre… elle s’avenca vers eux sur ses hauts esacrpins noirs……ce qui ne manqua pas d’attirer le regard du couple …
Yolende afficha tout de même un presque sourire ….

Les présentation furent faite…cordial…animées…Yolende recu une boite de carton joliment décoré remplie petits gateau en guise de bienvenue…mais des regards déja fuyant pour emballé le tout…

On sentait qu’il ne devait pas se passer grand chose dans ce petit village…aux fenêtre on observaient…

La conversation n’interessait pas du tout Yolande qui essayait de le cacher tant bien que mal……et mal a l’aise elle voulu ouvrir son petit sac Vintage pour en sortir ses cigarette…
mais André sentant le geste l’en découragea d’un regard lourd que la femme du maire n’a pas manquer…affichant un sourire niais et satisfait a André…

Elle avait senti qu’il avait « de la poigne » comme on dit…  ca lui avait plut…une femme comme la sienne en avait certe besoin…
elle craignaient les créatures comme Yolende….trop sophestiquée..presque exubérante…mais a la grandes ville…les femmes comme elle …..

Apres un trop long et enniuyeux échange sur le trottoir…le couple s’éloigna et André entra les valises dans leurs nouvelles demeure…

A l’odeur de javel…on sentaient qu’on avait tout fait briller avant leurs arriver…

La maison était certe magnifique….mais elle laissait Yolende indifférente…

Marie couru au premier étage..et Yolande se dirrigea a pas lent vers la fenêtre de la cuisine ou elle appercu dans le jardin …une verrière dans un bien piteux état….elle la fixait sans trop comprendre l’attrait qu’elle avait sur elle….

elle alluma une cigarette et fixait la verrière en expirant des ronds de fumer….

on aurait dit que son regard venait de s’allumer…

Sorcière

You…

Juste parce que…

Parce que parfois les mots me manque…. 

Bonne et belle journée !!!

Sorcière

The brigth side of the moon…

La coupole du ciel…
Descendait si bas qu’elle semblait …
Menacé le sol…
…D’y étendre ces royaumes…

Le ciel …
Arborait des nuances  …
Qu’on ne retrouvait pas ..
Même en rêves..
Même dans  la plus achevée des palettes…

L’herbe sous le vent …
Rasait le sol..
Dessinant des vagues d’un vert ,tour a tour , sombre et clair…
Sur un sol aussi étrange que le firmament…

On en perdait le nord…
Vascillant ..
Sans plus d’horizon ou se perdre…

Sans plus de repère…

Comme un bateau dans la tempête..
Le coeur battant la chamade …
De se sentir si petit …
Tomber de notre si grande puissance….

Les oiseaux c’étaient tue…
Écoutant attentif l’air du temps…l’instinc troublé…
Ne sachant plus si ils étaient menacés …
Ou si la nature se donnait en spectacle….

Moi …
Dans l’urbanité de ma rue…
J’admirait l »exibititon de notre reine nature…
Perdu entre les graffitis et les murs de brique…
Qui garnissaient mon paysage….

J’attendait…
L’âme seraine…
Le corps affolé…
J’attendait….

La nature se déchainait…
Ici…
Et la-bas autour de lui…
Accompagnant son voyage vers moi…

Les oiseaux toujours en attente…
On entendait plus que le vent et le bruissements des feuilles déja rouge de l’automne……
Pas même l’écho de la ville…
Pas même mon coeur battant…
Rien que le  vent…

Le vent qui poussait avec puissance  …
La masse fébrile des nuages pourpre…
Qui colorait de rouge la ville…
Méconnaissable dans le sillon du vent…

Mes cheveux suivait sa course…
S’entremêlant devant mon regard qui ne savait plus ou aller se perdre..

Puis tout est devenu d’un calme étrange…
Le silence du coeur de la tempête…
Le vide plein l’espace…
La mouvence sans bruit….

Et dans l’air ….j’ai entendu son appel…
Un « je t’aime » puissant résonnant contre les briques et le ciment…et pour
suivant naturellement son chemin jusqu’à moi..

Et les oiseaux ….d’un commun accord …ont pris leurs envol ..
Dans une synchonicité parfaite…
S’élevant tous dans un même mouvement..
Comme un bouquets de ballon lâcher dans les airs…

Et je l’ai vu…
Dans toute sa splandeur masculine….
Je n’attendait plus…
La nature pouvait retrouver son clame…

Mon Amour était là….

Sorcière